Élève de Jules-Élie Delaunay et de Gustave Moreau à l’École des beaux-arts de Paris, Edgard Maxence expose à partir de 1894 au Salon des artistes français. Après diverses mentions et une médaille d’or à l’Exposition universelle de 1900, il reçoit une médaille d’or en 1914. Son goût pour les scènes médiévales idéalisées et leur esthétique symboliste lui valent d’être invité à exposer au Salon de la Rose-Croix de 1895 à 1897. Sa technique allie une pâte relativement épaisse et maçonnée à une certaine pureté des lignes. Comme Armand Point, il utilise la tempera (Les Fleurs du lac, 1900) ou les fonds d’or qui accentuent l’aspect primitif de scènes mystiques en dépit du traitement réalistes des visages (Concert d’anges, 1897, Beauvais, musée départemental de l’Oise), mais il utilise aussi la cire mélangée à l’huile. Son succès l’incitera à multiplier les portraits et paysages d’inspiration symboliste bien après l’extinction de ce mouvement. Nombre de ses oeuvres sont conservées aujourd’hui dans les plus grands musées et dans d’importantes collections privées.