Elève de Gustave Moreau et de François Flameng, il tient de son métier de graveur (estampes d’après Velasquez et Chardin) l’impeccable sûreté d’un trait qui suggère souverainement les volumes, qui masque sous la technique et l’apparent équilibre l’inquiétude et la sensualité d’un esthétisme racé. Il expose au Salon dès l’âge de 20 ans.