Menu

ARTISTE

Lucien LEVY DHURMER, Artiste, symboliste, Galerie Drylewicz, peintre, figures, portraits

Lucien LEVY DHURMER

(1865-1953)

Peintre

Né à Alger, Lucien Levy suis à partir de 1879 les cours de l’Ecole communale de dessin et de sculpture, à Paris, puis reçoit vers 1886 les conseils de Raphaël Collin. Il expose épisodiquement au Salon à partir de 1882, et travaille d’abord comme ornemaniste. Vers 1895, il visite l’Italie et prend conscience de ses affinités avec l’art classique italien qu’admiraient déjà les Préraphaélites. C’est à l’occasion de sa première exposition particulière à Paris en 1896 chez Georges Petit qu’il apparait sous le nom de Levy-Dhurmer: sans doute pour se distinguer d’artistes homonymes, il ajoute à son nom une partie de celui de sa mère (Goldhurmer). Ses peintures et ses pastels – portraits et variations symbolistes sur des figures féminines à mi-corps ou en buste d’où émane un étrange sentiment de mystère – révèlent un artiste qui a gardé une technique d’une précision académique tout en assimilant la leçon impressionniste : il parvient à d’étonnantes réussites dans les harmonies colorées toujours en rapport étroit avec l’idée ou la vision qu’il veut suggérer. Le Sâr Péladan, séduit, l’invite en vain à la Rose + Croix. Il ne fait partie d’aucun groupe, expose tantôt à la Société Nationale, tantôt au Salon des Artistes français. Il est surtout lié aux milieux littéraires symbolistes, notamment à Rodenbach et connaît un succès mondain grandissant. Après 1901, il délaisse peu à peu les thèmes symbolistes, sauf dans ses nus féminins idéalisés qui illustrent la musique de Beethoven, Fauré et Debussy.


EXPERTISER OU VENDRE

Partagez

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrEmail this to someone

OEUVRES DE L'ARTISTE AU CATALOGUE

  • Tête de Faune, lucien levy dhurmer, oeuvre sur papier, symboliste, XIXème, école française

    Tête de Faune