Menu

ARTISTE

Georges DESVALLIERES, symboliste, symbolisme, artiste, art, galerie drylewicz, peintre, école française

Georges DESVALLIERES

(1861-1951)

ORIGINE : français

STYLE : Symboliste

Élevé dans un sentiment religieux Georges Desvallieres étudie à l’Académie Julian avec Tony Robert-Fleury et Jules Valadon à l’école des Beaux-arts. Il expose des portraits et reçoit des récompenses, mais une relation privilégiée avec Gustave Moreau l’oriente vers une inspiration mythologique et religieuse.

Il approfondit sa connaissance des Anciens lors d’un voyage en Italie en 1890 et pratique alors un art qui annonce les œuvres de la maturité : noirceur des sujets, violence de la couleur, conception dramatique de la religion. Il expose divers sujets symbolistes : Narcisse en 1901, Orphée en 1902, La Marche à l’Idéal en 1903 et compte parmi les fondateurs du Salon d’automne. Dans la décennie 1900, il se rapproche, sans en faire partie, d’un groupe de jeunes peintres (Lucien Simon, André Dauchez, Charles Cottet, Émile-René Ménard et René-Xavier Prinet), surnommé « La Bande noire » par les critiques d’art car ils rejettent les toiles claires des impressionnistes.

En 1919, il fut le fondateur avec Maurice Denis des Ateliers d’art sacré qui ont pour but de rénover l’art religieux, des ateliers fonctionnant sur le modèle des corporations du Moyen Âge et promettant de restaurer l’art chrétien. Desvallières s’était consacré aux sujets religieux après la perte d’un fils sur le front, en 1915. Lui-même avait fait la guerre et commandé un bataillon dans les Vosges. Il était Commandeur dans l’Ordre de la Légion d’honneur.

En juillet 1929, il succède à Georges Rouault, qui vient de démissionner du poste de conservateur du musée Gustave Moreau. En janvier 1930, il est élu membre de la section peinture de l’Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique et, en mai, l’Institut de France le choisit pour remplacer son ami René Ménard. L’association Fra Angelico d’entraide aux artistes le nomme président du comité de direction en 1933. En mars 1934, il signe le manifeste de Jacques Maritain Pour le bien commun, qui prône un christianisme social. L’année suivante, il participe à la création de la revue L’Art sacré et à son comité de rédaction. Après la mort de Frantz Jourdain, survenue au cours de l’été 1935, il est élu président du Salon d’automne en 1936. En décembre 1938, il prend position en faveur des nouveaux vitraux de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Il devient président de l’Institut en janvier 1940, président de la Société de Saint-Jean en 1943 et président d’honneur du Salon d’automne en 1947.

Certaines de ses œuvres sont visibles au musée d’Orsay.


EXPERTISER OU VENDRE

Partagez

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrEmail this to someone

OEUVRES DE L'ARTISTE AU CATALOGUE

  • Maisons par temps orageux, peinture, galerie drylewicz, georges desvallieres, post-impressionniste, XXème, école française

    Maisons par temps orageux